Lisez-moi S.V.P. 

3 La conformité : obligations et recommandations

Contenu

3.1 Définitions

Nous voyons dans ce chapitre la spécification formelle de CSS2, en commençant par le contrat qui lie les auteurs, les utilisateurs et ceux qui la mettent en œuvre.

Dans ce document, les mots-clés "DOIT", "NE DOIT PAS", "OBLIGATOIRE", "DEVRA", "NE DEVRA PAS", "DEVRAIT", "NE DEVRAIT PAS", "RECOMMANDÉ", "PEUT" et "OPTIONNEL" doivent être interprétés tels que décrits dans le document RFC 2119 (voir [RFC2119]). Cependant, par souci de lisibilité, ces mots n'apparaîtront pas ici en majuscules.

Par moment, il est fait une recommandation de bon usage aux auteurs et pour les agents utilisateurs. Ces recommandations ne sont pas normatives et la conformité avec la spécification ne dépend pas de leur application. On les reconnaîtra à des tournures de phrases similaires à "Nous recommandons que... ", "Cette spécification recommande... ", etc.

Agent utilisateur
On donne le nom d'agent utilisateur à tout logiciel capable d'interpréter un document dans un langage donné et de mettre en œuvre les feuilles de style qui lui sont associées selon cette spécification. Celui-ci peut afficher un document, le lire en synthèse vocale, l'imprimer, le convertir vers un autre format, etc.
Ancêtre
On appelle un élément A l'ancêtre d'un élément B, si et seulement si B est un descendant de A ;
Arbre du document
C'est l'arbre des éléments qui résulte du formatage du document source. Chacun de ces éléments a exactement un seul parent, l'exception étant l'élément racine qui n'en a pas ;
Attribut
Une valeur complémentaire attachée à un élément, elle se compose d'un nom et d'une valeur associé (textuelle) ;
Auteur
C'est une personne qui écrit des documents et les feuilles de style qui lui sont associées. Pour ce faire, elle emploie un outil d'édition (N.D.T. authoring tool) ;
Contenu
C'est le contenu associé à un élément dans le document source. Les éléments ne possèdent pas tous un contenu, on dit alors qu'ils sont vides. Ce contenu peut consister en du texte et peut inclure à son tour des sous-éléments ; on appelle alors l'élément les englobant le parent de ces sous-éléments ;
Descendant
On appelle un élément A un descendant d'un élément B si A est soit (1) un enfant de B, soit (2) un enfant d'un autre élément C qui est lui-même un descendant de B ;
Dimensions intrinsèques
La largeur et la hauteur de l'élément lui-même, ce ne sont pas celles données par l'entourage. En CSS2, on part du principe que tous les éléments remplacés, et seulement ceux-ci, ont des dimensions intrinsèques ;
Document source
Le document auquel se réfèrent une ou plusieurs feuilles de style. Ce document est formaté dans un langage donné qui permet de le représenter comme un arbre de ses éléments. Chacun de ces éléments a un nom qui identifie son type avec en option le nombre de ses attributs et un contenu (qui peut être vide) ;
Élément
Un terme issu de SGML (voir [ISO8879]). Les constructions syntaxiques de base du langage du document. La plupart des règles des feuilles de style empruntent les noms de ces constructions (comme "P", "TABLE" et "OL" pour HTML) pour en spécifier les directives de rendu ;
Élément précédent
On dit que l'élément A est l'élément précédent de B, si (1) A est un ancêtre de B ou si (2) A est un frère précédent de B ;
Élément remplacé
Un élément dont l'interpréteur CSS ne connaît que les dimensions intrinsèques. Pour le langage HTML, ce sont principalement les éléments IMG, INPUT, TEXTAREA, SELECT et OBJECT. Par exemple, le contenu de l'élément IMG est habituellement remplacé par l'image qu'indique l'attribut "src". CSS ne définit pas la façon de déterminer ces dimensions intrinsèques ;
Élément suivant
On dit que l'élément A est l'élément suivant de B, si et seulement si B est un élément précédent de A ;
Enfant
On appelle un élément A l'enfant de l'élément B, si et seulement si B est le parent de A ;
Feuille de style
Un jeu de déclarations qui spécifient la présentation d'un document ;

Les feuilles de style peuvent provenir de trois sources : de l'auteur, de l'utilisateur et de l'agent utilisateur. Leur interaction est décrite dans le chapitre sur la cascade et l'héritage ;

Feuille de style valide
La validité d'une feuille de style est fondée sur le niveau de CSS utilisé. Toute feuille de style valide en CSS1 l'est aussi en CSS2. Cependant, quelques changements intervenus depuis CSS1 verront certaines feuilles de style CSS1 prendre un sens différent en CSS2 ;

Une feuille de style valide en CSS2 doit suivre la grammaire de CSS2. En outre, elle ne doit contenir que les règles-at, les noms de propriétés et les valeurs de celles-ci qui sont définis pour cette spécification. Une construction illégale (invalide) de l'un parmi ceux-ci entraîne son invalidité ;

Frère (N.D.T. sibling)
On appelle un élément A un frère d'un élément B, si et seulement si A et B ont un même parent. Si l'élément B A apparaît avant B dans l'arbre du document, on dit que A est le frère précédent et B le frère suivant ;
Langage du document
Le langage utilisé pour formater le document source (ex. HTML ou une application en XML) ;
Rendu du contenu
C'est le contenu d'un élément tel qu'il apparaît après que les instructions des feuilles de style concernées aient été appliquées. Ce rendu pour un élément remplacé provient de l'extérieur du document source. Il peut aussi prendre la forme alternative d'un texte à la place d'un élément (ex. la valeur de l'attribut "alt" en HTML) et il peut inclure des objets insérés de façon explicite ou implicite par la feuille de style, tels que des puces, un numérotage, etc. ;
Utilisateur
C'est la personne qui interagit avec un agent utilisateur pour voir, entendre ou utiliser autrement un document en association avec ses feuilles de style. L'utilisateur peut employer sa propre feuille de style qui tient compte de préférences personnelles ;

Voici un exemple de document source dans le langage HTML :

<!DOCTYPE HTML PUBLIC "-//W3C//DTD HTML 4.0//EN">
<HTML>   
  <TITLE>Ma page personnelle</TITLE>
  <BODY>
    <H1>Ma page personnelle</H1>
    <P>Bienvenue sur ma page personnelle ! Voici mes compositeurs préférés :
    <UL>
      <LI> Elvis Costello
      <LI> Johannes Brahms
      <LI> Georges Brassens
    </UL>
  </BODY>
</HTML>

et maintenant son arbre :

Exemple d'arbre d'un document.   [D]

En accord avec la définition de HTML, l'élément HEAD sera inféré lors de l'interprétation et fera partie de l'arbre du document même si les balises HEAD n'apparaissent pas dans la source. De la même manière pour les fins des éléments P et LI, bien que les balises </P> et </LI> ne soient pas visibles.

3.2 La conformité

Ce chapitre traite seulement de la conformité en regard de la spécification CSS2. De futurs niveaux de CSS pourront requérir l'implémentation d'un jeu de fonctions différents pour que l'agent utilisateur prétende à une conformité.

Globalement, pour être conformes à cette spécification, les agents utilisateurs doivent respecter les points suivants :

  1. Il doit mettre en œuvre un ou plusieurs des types de média de CSS2.
  2. Pour une source donnée, il doit en rechercher toutes les feuilles de style associées qui sont appropriées pour les types de média supportés. S'il ne peut toutes les rassembler (par exemple, suite à des disfonctionnements du réseau), il doit rendre le document à partir de celles qui ont pu être trouvées.
  3. Il doit interpréter les feuilles de style en fonction de cette spécification. Il doit en particulier reconnaître toutes les règles-at, les déclarations et leurs ensembles, et les sélecteurs (voir la grammaire de CSS2). Si l'agent utilisateur rencontre une propriété qui s'applique à un type de média supporté, il doit en interpréter sa valeur conformément à la définition de cette propriété. Il doit ainsi retenir toutes les valeurs valides et ignorer les déclarations dont les valeurs ne le sont pas. Un agent utilisateur doit ignorer les règles ayant trait à ceux des types de média qu'il ne supporte pas.
  4. Pour chacun des éléments de l'arbre du document, l'agent utilisateur doit assigner une valeur à chacune de leurs propriétés spécifiées, conformément à leurs définitions et leurs règles de cascade et d'héritage.
  5. Si la source fait mention de feuilles de style alternatives (comme pour le mot-clé "alternate" de HTML 4.0 [HTML40]), l'agent utilisateur doit permettre à l'utilisateur d'en choisir une parmi celles-ci pour ensuite l'appliquer.

Il n'est pas obligatoire d'observer l'ensemble de ces points, cependant :

Un agent utilisateur qui ne peut satisfaire correctement à cette spécification à cause des limitations d'un appareil particulier n'est pas forcément non conforme (ex. un agent utilisateur ne peut produire des couleurs sur un moniteur monochrome, pareil dans le cas d'une impression).

Cette spécification recommande que l'utilisateur puisse choisir sa propre feuille de style.

3.3 Les conditions d'erreur

En général, ce document ne précise pas comment les agents utilisateurs sont supposés gérer les erreurs (ex. comment faire quand une ressource désignée par un URI est indisponible).

Néanmoins, ils doivent observer les règles de gestion des erreurs d'interprétation.

Les auteurs et les utilisateurs ne doivent pas s'appuyer sur une gestion spécifique des erreurs, car le comportement des agents utilisateurs vis-à-vis de celles-ci peut varier.

3.4 Le type de contenu "text/css"

Les feuilles de style externes traversent l'Internet sous la forme de séquences d'octets accompagnées d'information de codage (voir [HTML40], chapitre 5). La structure de la transmission, nommée l'entité message, est définie par RFC 2045 et RFC 2068 (voir [RFC2045] et [RFC2068]). Une entité message avec un type de contenu "text/css" représente un document CSS indépendant. Ce type est défini dans RFC 2138 RFC 2318 ([RFC2318]).